En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Vous êtes ici :   A l'étable » Fosse à Potins » Tous les potins
 
 
 
    Imprimer la page...
    Imprimer la section...

Fosse à Potins - Tous les potins


 7 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!

La Maraîchine en reconquête de son territoire !  -  par   Lavachequireve

 

maraichine.jpgL'élégante vache Maraîchine en reconquête de son marais poitevin !

 

NON ! je ne rêve pas !

Photo empruntée sur le site http://www.vache-maraichine.org/

Le site de l'Association pour la valorisation

et la conservation de la race bovine maraîchine et des prairies humides.

La race maraîchine est une jolie et grande vache  élégante, à la longue ossature, à la belle robe variant du gris clair au brun fauve. Ses yeux bordés de noir, comme maquillés délicatement, lui font un regard doux. Ses cornes, ah ses cornes ! portées majestueusement , sont en forme de lyre, claires à la base et foncées aux extrémités. La tête fine, se termine par un mufle noir.

Rusticité et bon lait !

Très répandue jusqu'à la fin du XIXème siècle, elle est prisée pour sa rusticité et sa capacité à vivre en prairie humide. Elle a une triple activité : production d'un lait riche et bonne beurrière, production d'une viande gouteuse, puissance de ses boeufs au travail. Malheureusement, après la seconde guerre mondiale, l'assèchement et la culture intensive des marais la conduisent au déclin. Ses mamelles, peu adaptées à la traite mécanique sont boudées par les producteurs qui lui préfèrent la Normande.

La race ne comptait plus qu'une cinquantaine de bêtes en 1987 et était en danger !

Des passionnés réagissent alors et créent  une association pour la valorisation et la conservation de la race. La Maraîchine est sauvée grâce au travail de ces éleveurs et de quelques particuliers dont Madame Annie Chaissac, fille du peintre Gaston Chaissac. Madame Chaissac, fermière, a créé le premier troupeau de maraîchines, ce qui lui a valu une solide reconnaissance des éleveurs locaux.

Aujourd'hui, on compte  près de 1000 vaches dont la plupart sont en troupeaux et contribuent à maintenir la biodiversité du marais car en pâturant de nouveau dans son marais, la Maraîchine permet de limiter la prolifération des joncs et des roseaux.

Je ne rêve pas ! C'est sûr :

la Maraîchine reprend sa place dans ce somptueux paysage qu'est le marais poitevin et c'est tant mieux !

Lavachequireve

Ce texte est rédigé à partir de sources telles que "Portraits des vaches de France" de Mary-Gérard Vaudy (éd Castor et Pollux), Site de l'Association pour la valorisation et la conservation de la race bovine maraîchine et des prairies humides, wikipédia, La Revue Laitière Française, l'émission "Des racines et des Ailes" diffusée sur France 3 le 28mars 2012.

C'est d'ailleurs à la vue de cette émission que je me suis documentée sur le sujet.

 

 

maraichine.jpgL'élégante vache Maraîchine en reconquête de son marais poitevin !

 

NON ! je ne rêve pas !

Photo empruntée sur le site http://www.vache-maraichine.org/

Le site de l'Association pour la valorisation

et la conservation de la race bovine maraîchine et des prairies humides.

La race maraîchine est une jolie et grande vache  élégante, à la longue ossature, à la belle robe variant du gris clair au brun fauve. Ses yeux bordés de noir, comme maquillés délicatement, lui font un regard doux. Ses cornes, ah ses cornes ! portées majestueusement , sont en forme de lyre, claires à la base et foncées aux extrémités. La tête fine, se termine par un mufle noir.

Rusticité et bon lait !

Très répandue jusqu'à la fin du XIXème siècle, elle est prisée pour sa rusticité et sa capacité à vivre en prairie humide. Elle a une triple activité : production d'un lait riche et bonne beurrière, production d'une viande gouteuse, puissance de ses boeufs au travail. Malheureusement, après la seconde guerre mondiale, l'assèchement et la culture intensive des marais la conduisent au déclin. Ses mamelles, peu adaptées à la traite mécanique sont boudées par les producteurs qui lui préfèrent la Normande.

La race ne comptait plus qu'une cinquantaine de bêtes en 1987 et était en danger !

Des passionnés réagissent alors et créent  une association pour la valorisation et la conservation de la race. La Maraîchine est sauvée grâce au travail de ces éleveurs et de quelques particuliers dont Madame Annie Chaissac, fille du peintre Gaston Chaissac. Madame Chaissac, fermière, a créé le premier troupeau de maraîchines, ce qui lui a valu une solide reconnaissance des éleveurs locaux.

Aujourd'hui, on compte  près de 1000 vaches dont la plupart sont en troupeaux et contribuent à maintenir la biodiversité du marais car en pâturant de nouveau dans son marais, la Maraîchine permet de limiter la prolifération des joncs et des roseaux.

Je ne rêve pas ! C'est sûr :

la Maraîchine reprend sa place dans ce somptueux paysage qu'est le marais poitevin et c'est tant mieux !

Lavachequireve

Ce texte est rédigé à partir de sources telles que "Portraits des vaches de France" de Mary-Gérard Vaudy (éd Castor et Pollux), Site de l'Association pour la valorisation et la conservation de la race bovine maraîchine et des prairies humides, wikipédia, La Revue Laitière Française, l'émission "Des racines et des Ailes" diffusée sur France 3 le 28mars 2012.

C'est d'ailleurs à la vue de cette émission que je me suis documentée sur le sujet.

 

Fermer

Publié le 31/03/2012 @ 20:11   | |    |


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !